La production du solaire a presque doublé en 2013 en Suisse

La production d’énergie solaire suisse couvre 1% des besoins en électricité, soit le double par rapport à l’année précédente, constate l’association Swissolar.

L’énergie totale générée par les cellules photovoltaïques a atteint 600 millions de kilowattheures, contre 340 millions en 2012 (équivalant à 200’000 foyers)

Lire l’article complet: 24 Heures – 13 janvier 2014

Publicités

Quand les éoliennes tournent au financement citoyen

Dans le Morbihan, un millier de particuliers ont financé un parc éolien qui verra le jour l’an prochain. Partout en France, plus de 2500 impatients sont prêts à investir pour prendre, comme eux, la transition énergétique en main.

Consommateur éclairé, Michel Leclercq se sentait impuissant en matière d’électricité. Après une tentative infructueuse d’installer une éolienne dans son jardin, ce sculpteur breton ne se résignait pas à alimenter ses ampoules à l’énergie nucléaire. Pour ne plus subir les orientations stratégiques d’EDF, deux options s’offraient à lui : se brancher sur Enercoop, le fournisseur d’énergie verte, ou relocaliser. Il a choisi les deux. « Avec des amis maraîchers, on s’est dit qu’en jouant collectif, on pouvait se réapproprier notre production d’énergie. »

Dix ans plus tard, Béganne, petite commune du Morbihan, s’apprête à inaugurer le plus grand parc d’éoliennes françaises à financement citoyen. Avant l’été 2014, quatre installations d’une puissance de 2 mégawatts (MW) couvriront les besoins de 8 000 foyers, soit l’équivalent de la population du canton. Le premier actionnaire de cet investissement de 12 millions d’euros ? Les habitants du coin. A eux tous, 1 000 particuliers détiennent 87% du capital de l’entreprise Bégawatts, fondée en 2010 pour gérer le parc éolien. Aux côtés de Michel Leclercq, et derrière l’association Eoliennes en pays de Vilaine qu’il a créée, ils ont investi en moyenne 1 700 euros chacun. Plusieurs banques, la caisse des Dépôts et un fonds régional se partagent le reste du capital.

Article complet sur: www.terraeco.net

Si 1000 bretons peuvent financer un parc éolien, si 80’000 allemands possèdent des parts dans les énergies renouvelables, il devrait être possible de faire de même en Suisse, que cela soit pour produire de l’électricité photovoltaïque ou pour financer des économies d’énergie. La coopérative Equisol s’y attèle !

Une nouvelle centrale photovoltaïque pour Equisol

Centrale photovoltaïque de La Butte, Sion

La centrale photovoltaïque de La Butte, à Sion, a été installée cette semaine pour la coopérative Equisol. De 135 m2 pour 21,6 kW de puissance installée, elle sera mise en service dans les prochains jours. L’électricité produite sera vendue au distributeur local et les recettes redistribuées chaque année aux coopérateurs qui l’auront financée.

Profitez de cette installation pour devenir coopérateur ! Quelques parts sociales de 1000.- sont encore en vente pour boucler le financement de cette centrale.
Informations et souscription: www.equisol.ch

La conso collaborative a 10 ans. Qu’a-t-elle changé pour vous ?

See on Scoop.itEquisol

En 2003, le covoiturage, le troc ou le prêt d’appartements entre inconnus via Internet n’existaient pas. Voici comment tout a commencé.

lucasgirardet‘s insight:

Produire de l’électricité renouvelable ou des négawatts en crowfunding, c’est aussi de la consommation collaborative.

See on www.terraeco.net

Amory Lovins. Monsieur négawatt

See on Scoop.itEquisol

Ce chercheur américain se démène pour convaincre les décideurs que les économies d’énergie sauveront la planète.Par LAURE NOUALHAT

L’annonce vient de tomber dans l’indifférence des départs en vacances : les prix de l’électricité vont augmenter. Et pas qu’un peu. Si on s’était inspiré d’Amory Lovins, on n’en serait peut-être pas là. Depuis les chocs pétroliers, aucune politique n’a éduqué les Français aux économies d’énergie. Surtout pas ce timide débat sur la transition énergétique, mené en toute discrétion par une Delphine Batho coulée à pic. «En France, les blocages sont, comment dire… puissants», confirme Lovins, très au fait de la stratégie énergético-nucléaire française. «Il faudrait renouer avec l’esprit de la chasse au gaspi des années 70, mais pour cela il faut une volonté»,analyse le patron de l’Institut Rocky Mountain qui conseille entreprises ou pays énergivores.

–>

http://www.liberation.fr/terre/2013/07/14/amory-lovins-monsieur-negawatt_918232